EMMENES PAR UN PIERRE FAIRBANK DE FEU, LES ATHLETES HANDISPORTS CALEDONIENS SE SONT MONTRES A LA HAUTEUR DE L'EVENEMENT A RIO. 
RETOUR SUR LEURS RESULTATS, ET MISE EN PERSPECTIVE DES PERFORMANCES.

QUELLE REVANCHE !

+ A 45 ans, Pierre Fairbank s’est offert une incroyable aventure Paralympique pour sa cinquième participation à l'évènement. S'il n'a pas battu son record de récompenses obtenues sur une édition (3 à Sydney 2000), le meilleur athlète handisport du territoire s’est distingué avec deux nouvelles médailles en individuel. Cela porte son total à 7 podiums aux Jeux dans sa carrière. Lui qui n'avait plus été classé dans les trois premiers d'une course paralympique depuis 16 ans a pris une sacrée revanche.
En 2012, à Londres, Fairbank n'avait pas franchi le cap des séries sur 200 et 400 mètres, et il s'était classé avant-dernier de la finale du 800 mètres. Il faut s'en souvenir pour mieux mesurer et apprécier le chemln parcouru. Se souvenir également de la volonté répétée de Pierre de mettre un terme à sa carrière après les Jeux passés. Il n'est pas le seul athlète handisport fauteuil dans ce cas. Brent Lakatos a lui aussi voulu arrêter après Londres 2012. Leur raison ? La difficulté de repartir au combat pour rester au top niveau mondial. Un effort usant. 

Pierre Fairbank derrière Brent Lakatos © Olivier Deniaud


+ L'emblématique cagou a décidé de poursuivre. Bien lui en a pris. Il a fait vibrer tout un territoire pendant deux semaines. Dès la première course, il affiche une forme prometteuse. Fairbank réussit le 4e meilleur temps des séries du 100 mètres en 14 secondes 92. Une fois en finale, il est encore à la bagarre avec les meilleurs. Il termine finalement 5e en 14 secondes 96, juste derrière le Brésilien Silva (14''88) et le médaillé de bronze, Huzhao Li (14''85). "J'ai fait un excellent départ, mais j'ai oublié de passer la deuxième" nous confie t'il en rigolant après l'épreuve. Son départ canon et le temps réalisé (30 centièmes de mieux qu'aux Mondiaux 2015) le confortent toutefois dans l'idée que le meilleur est à venir. Dans les tribunes, son coach, Olivier Deniaud, pense la même chose.

Le 100m de Fairbank à Rio filmé par Olivier Deniaud
Le 100m de Fairbank à Rio filmé par Olivier Deniaud  -  Olivier Deniaud  -  Olivier Deniaud

+ Sur 400 mètres, le pressentiment se confirme. En série, Fairbank cartonne. Il boucle la sienne en tête en 49 secondes 06 avec près d'une seconde d'avance sur le deuxième, le Chinois Yufei Zhao. Seul le Thaïlandais Paeyo a fait mieux dans ce premier tour avec 48 secondes 38 dans la 2e série. Cette fois, la médaille paraît toute proche. Et Pierre Fairbank va la chercher en prenant la 3e place de la finale en 49 secondes 00. Il met ses cinq poursuivants à plus d'une seconde mais ne peut rattraper Payeo, vainqueur en 47''91 (son record personnel), et Lakatos, deuxième en 48''53. Il améliore, au passage, d'une seconde 70 (!) le temps qui lui avait permis de terminer 6e aux Mondiaux 2015.  

Le podium du 400m


+ Alors que se profile le 800 mètres, et au vu des résultats déjà acquis, les chances de nouveau podium se renforcent. Depuis la Nouvelle-Calédonie, les messages de soutiens affluent pour l'encourager. C'est la dernière course fauteuil sur piste en individuel, et la distance lui convient à merveille. Dans sa série, néanmoins, la concurrence est rude. Brent Lakatos, champion du monde, est en lice, de même que Brian Siemann, 4e des Mondiaux juste derrière Fairbank à Doha. Il en faut plus pour enlever le sourire au visage du Calédonien et grignoter sa détermination. Dans une course lente et technique, il termine 2e derrière le Canadien et devant l'Américain en 1'43''54.
En finale, il met un coup d'accélérateur et prend même les commandes d'un 800 mètres qu'il est tout près de gagner. Le Thaïlandais Paeyo finira par l'emporter en 1'40''78, devant Fairbank (1'40''97), et Lakatos en (1'41''09). Une course de folie ! 
Le Cagou a également pris la 8e place du marathon en 1h 30mn et 12 secondes. Seul bémol, la disqualification dans le relais 4x400 avec Nicolas Brignone pour un passage hors zone. 

La finale du 800 mètres : Fairbank en argent !


 


LA RELEVE FAIT SES ARMES

+ Nicolas Brignone, qui disputait ses premiers Jeux Paralympiques, s’est bien battu. Il n’a pas réussi à se qualifier pour une finale sur 100 et 400 mètres, mais il a malgré tout dépassé certains de ses rivaux qui le devançaient par le passé.
En série du 100 mètres, Brignone s'est classé 6e sur 6 en 15 secondes 97. Il avait terminé 4e aux championnats d'Europe 2016 à Grosseto en 16 secondes 54. En série du 400m, il a pris la 5e place sur 6 en 53 secondes 02. Sur cette distance, aux "Europe" en Italie, il avait fini 4e en 52 secondes 25. A 27 ans, il a découvert l'univers des Jeux Paralympiques. Son bilan :

Le bilan de Nicolas Brignone



+ Enfin Rose Welepa a fait mieux qu’à Londres 2012 au lancer de poids déficiente visuelle. Elle termine 8e avec 11m01.
Une grosse amélioration par rapport à sa 15e place avec 9m89 en Angleterre. La réaction de son coach Olivier Deniaud :

Le bilan de Rose Welepa, par Olivier Deniaud