Rétro 2021 en Nouvelle-Calédonie : une année endeuillée

vos rendez-vous
61cc8ee53597a_sans-titre-2.jpg
Charles Cali, Jacques Zimako, Roger Kaddour, Edouard Wapae, Joseph Caihe et Annie Dubut-Vuduc. ©NC la 1ère et DR
La Nouvelle-Calédonie achève une année bien mouvementée. Dans le quatrième volet de notre rétrospective 2021, hommage à des personnalités qui nous ont quittés. Dont une partie a été emportée par la pandémie de Covid-19.

Le 11 janvier, un motard trouve la mort à Voh, et l’agriculture calédonienne pleure une personnalité. Il s’agit d’Eric Babin, éleveur-propriétaire de chevaux âgé de 61 ans, qui a longuement œuvré pour le monde rural, notamment au niveau politique. Il a été membre des gouvernements Thémereau et Martin, de 2004 à 2009.

Des champions

Fin mars, Didier Lacabanne dispute sa dernière ligne droite, selon les termes de l’historien Louis-José Barbançon qui lui rend hommage. Médaillé d'or sur 400 mètres aux Jeux du Pacifique, en 1966, à dix-neuf ans, il était considéré comme l'un des meilleurs athlètes et sportifs de sa génération.

Le 21 avril, "Mimi" Castex décède à 68 ans à la suite d’un accident dans l’Hexagone. Figure du basket calédonien, Michel Castex a été un meneur de jeu à l’habileté remarquable. Champion de Calédonie et pilier de la sélection, il a marqué son temps et vécu des expériences inédites.

Des politiques

Le 6 avril, le Mont-Dore perd l’un de ses anciens maires en la personne de Réginald Bernut, 84 ans. C’était de 2001 à 2003, lorsque Pierre Frogier, dont il était le premier adjoint depuis 1987, est devenu président du gouvernement. Le fils d’éleveur a cheminé en politique avec le RPCR, puis l’Avenir ensemble et Calédonie ensemble.

Le 31 mai, disparition de Michel Clarque, 72 ans. Le gardien de but de Hnathalo, Gaïtcha, et de la sélection calédonienne de foot, devenu éducateur. Discret, souriant, il a dirigé les seniors cagous, les clubs de Hienghène, Gaïtcha et Lössi, mais aussi qualifié les moins de dix-sept ans calédoniens pour le Mondial de la catégorie en 2017.

Un haut-commissaire


Le 15 juin, c’est un serviteur de l’Etat qui s’en va à 73 ans : Yves Dassonville a été haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie de 2007 à 2010, entre autres.

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, décès d’Edouard Waitrony Wapae. Maire Union calédonienne de Lifou de 1983 à 1989, il était le dernier survivant de la délégation du front indépendantiste à Nainville-les-Roches, en 1983. Joueur de la sélection calédonienne lors des Jeux du Pacifique de 1963, il faisait par ailleurs partie de l’équipe qui a décroché l’or à Suva.

Nuit du 26 au 27 juillet, une crise cardiaque terrasse Marcel Ameko Melemë à 57 ans. Originaire de la tribu de Thuahaïk à Lifou, dont il était le chef, cet architecte a réalisé des bâtiments comme la mairie de Houaïlou, celle de Lifou ou l'aérogare de Wanaham.

Des bénévoles dévoués

Le 12 août, départ d’un grande figure du sport calédonien, à 68 ans. Charles Cali a fait de la Nouvelle-Calédonie une place forte du circuit mondial de planche à voile, dans les années quatre-vingts. Et s’est révélé un précieux soutien pour toute une génération de talents. L’homme a poussé à la création de la base nautique de la côte Blanche. Mais il s’est investi bien au-delà : vingt-quatre ans de présence au Comité territorial olympique et sportif, dont il a été le président. Chef d'orchestre de l'organisation des Jeux du Pacifique 2011 à Nouméa, il s’est toujours battu pour rendre possible l’impossible.

Le 15 août, à Bourail, un malaise cardiaque emporte Catherine Brinon, 55 ans. Directrice depuis 2014 de l’école Teari à Koné, elle était vice-présidente de l’Usep, l’Union sportive de l’enseignement du premier degré.

Le 18, un grand bénévole du cyclisme s’éclipse avec Jean-Yves Bonnace, 68 ans, vice-président du VCC Mont-Dore pendant près de quarante ans, par ailleurs papa de Jérôme et Gaël.

Fin septembre, à Nouméa, les enseignes As de Trèfle ferment en hommage à leur fondateur, Jean-Pierre Beaumont, décédé à 76 ans.

Des journalistes

Et le 28, Nouvelle-Calédonie la 1ère apprend avec tristesse la disparition d’un de ses piliers, même retraité : Joseph Caihe a été le premier journaliste kanak de RFO. Il a incarné le journal télévisé à partir de 1980, et reste pour beaucoup associé au tour cycliste de Calédonie. Entre autres nombreuses choses ! Il s’est éteint à 71 ans.

La famille NC la 1ère à nouveau endeuillée le 11 octobre, avec la disparition d’Annie Dubut-Vuduc. Journaliste retraitée, elle fut durant de longues années la voix de la matinale radio pendant le week-end.

Quelques jours plus tôt, le 1er octobre, Hnadrune Yeiwéné partait rejoindre feu son mari Yeiwéné Yeiwéné assassiné le 4 mai 1989 à Ouvéa. "Nana", femme engagée au sein de l’Eglise et auprès de la jeunesse calédonienne, avait 72 ans.

Un anthropologue

Le 6, Marck Léonard rend son dernier souffle à l’hôpital de Koné, à 72 ans. Celui qui a dirigé la glorieuse JS Baco pendant près de quarante ans était président d'honneur du comité provincial Nord de et de la Fédération calédonienne de foot.

Le 10, Alban Bensa s'éteint à Bobigny à 73 ans. Spécialiste de la Calédonie depuis les années soixante-dix, le chercheur a réalisé un travail anthropologique considérable, notamment sur le monde kanak.

Le 11, mort du cycliste Claude Lemaitre, champion de Calédonie sur route en 1964 et 1967, médaillé d’or aux Jeux de Nouméa en 1966, dans l’épreuve individuelle et au contre-la-montre par équipe… devenu adepte du triathlon et de l'Ironman.

Un pasteur

Le 16 octobre, le coronavirus prend le pasteur Calvin Eurimindia, 53 ans. Il présidait le Conseil régional de la Grande terre qui rassemble, de Nouméa jusqu’à Poum, toutes les églises protestantes de Kanaky-Nouvelle-Calédonie (EPKNC).

Fin octobre, c’est Elise Poaniewa qui tire sa révérence, à 70 ans, des suites d’une longue maladie. Elle fut médaillée d’or aux Jeux du Pacifique de Port-Moresby en 1969 en lançant le javelot à 42,58m.

Le 21, la pandémie de Covid emporte à 66 ans Augustin Katé, ex-président du conseil de l’aire Drubea-Kapumë, membre du conseil de la grande chefferie du Mont-Dore.

Le 27 octobre, la fédération calédonienne de football rend hommage à Ferrand Waneissi, "l’icône de la grande époque de l'AS We Luecila", décédé des suites du coronavirus à 61 ans. Un joueur talentueux devenu dirigeant de clubs et éducateur emblématique.

Le 23 novembre, la province Nord voit partir un artisan de ses premières heures. Raymond Pabouty, 71 ans, en a été le vice-président. Le petit chef de la tribu de Koé, figure de l’Union calédonienne, a aussi dirigé la commune de Touho.

L'incontournable "vieux Cagou"

Et dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 novembre, la Calédonie perd un architecte de son sport. Roger Kaddour décède à l’âge de 93 ans, laissant une empreinte visible partout sur le territoire et même en dehors. Soixante ans d’investissement pour favoriser l’activité sportive. On doit au "vieux Cagou" l’élaboration de la charte des Jeux du Pacifique, et l’organisation de la compétition sur le territoire en 1966 et 1987. Une influence, aussi dans la construction d’infrastructures : la piscine Jacques-Mouren du Ouen Toro, le complexe omnisports de l’Anse-Vata et la salle Veyret de Rivière-Salée.

Martin Charmasson revenait sur cette disparition dans sa chronique des sportifs décédés en 2021, diffusée au JT du 29 décembre :

©nouvellecaledonie

Un grand footballeur

Il y a ensuite, début décembre, l’émotion qui accompagne la disparition de Jacques Zimako à l’âge de 69 ans. Elle dépasse les frontières du Caillou. C’est d’ailleurs Bastia qui annonce la triste nouvelle. Dans sa carrière de footballeur professionnel, Zig-Zag aura été là pour le public corse. Et tous ceux qui l’ont admiré en France et en Nouvelle-Calédonie. Treize ans de carrière à Bastia, Saint-Etienne, et Sochaux. 388 matchs et 92 buts marqués. L’enfant de Drueulu, premier joueur du Caillou à devenir international français, a régalé par ses dribbles et ses débordements est mort à 69 ans.

Difficile de citer toutes les personnalités qui se sont éteintes cette année. Evoquons-en encore deux. Le 19 décembre, le Cercle des nageurs calédoniens perd André Dumas-Pilhou, qui fut un pilier du club nouméen pendant des années, et son dirigeant de 1996 à 2000, mais aussi président de la ligue de natation.

Et ce même week-end est marqué par la mort de Zoé Tein, le batteur de Bwanjep. Le musicien originaire de Hienghène et son groupe ont laissé au kaneka un héritage important.